samedi 9 septembre 2017

ADAHRS, EMS et GPS

En faisant le tour du Web, le moins cher que j'ai trouvé pour les modules Dynon c'est Aircraft Spruce aux USA ! Même avec les frais de douane, TVA, etc ils sont moins chers que leurs collègues européens, allez comprendre ... J'y ai pris le minimum soit l'ADAHRS, l'EMS et le GPS. Je prends 3 petits filtres à essence qui sur le papier feront bien l'affaire pour protéger la chaine pneumatique. Pour la batterie de sauvegarde cela attendra le dernier moment car sa durée de vie est limitée. Pour le test je câble 2 thermocouples K sur l'EMS et sur l'ADAHRS une sonde pitot maison et le Winter. Après mise à jour du système tout est en ordre.
sv_test_ensemble.jpg sv_test_ems.jpg sv_test_adahrs.jpg

Pour la chaine pneumatique j'équipe l'ADAHRS de raccords rapides et des filtres pour bloquer humidité et insectes. Il y a 3 lignes : la statique, la pitot et l'AOA pour le calcul de l'angle d'attaque. En faisant le test de la colonne d'eau je trouve des vitesses voisines mais pas exactement les mêmes car le Dynon fait des corrections fonction de la température et de l'altitude.
sv_test_adahrs_penumatique.jpg sv_test_adahrs_filtre.jpg sv_test_winter.jpg

Je bricole une sonde Pitot avec statique et AOA. J'utilise un souffleur électrique pour voir l'incidence de l'attaque de l'air sur la statique en observant vitesse et altitude sur l'EFIS : c'est bon il n'y a pas de variation d'altitude quelque soit les angles d'attaque de l'air sur la sonde avec des vitesses jusqu'à plus de 150 km/h.
sv_test_souflante.jpg sv_test_aoa.jpg


Avionique ADAHRS+EMS+GPS+filtres+divers connectiques : 2163€
Cumul Avionique : 4813€
Cumul outil : 928€
Cumul des dépenses : 9832€

Anémomètre de secours

Il y a 2 instruments de sécurité absolue : l'anémomètre ou badin qui indique la vitesse du vent relatif et la bille pour la symétrie de vol. Ces deux instruments sont indispensables pour éviter le décrochage surtout lors du dernier virage "mortel" juste avant l'atterrissage. Il serait intéressant d'avoir ces fonctions complétement indépendantes, pour la bille (qui n'est autre qu'un niveau) pas de soucis, pour l'anémomètre je vais prendre un modèle pneumatique, avec une bonne résolution aux basses vitesses et avec sa propre sonde Pitot. J'ai repéré un modèle depuis longtemps avec sa graduation de vitesse en spirale 510° caractéristique : c'est un Winter série 7. Neuf on oublie car il vaut 464€ livré, par chance j'en trouve un sur Leboncoin à 250€. J'ai demandé son âge auprès de l'usine avec le numéro de série : 12 ans ! Bon je veux bien faire un effort mais l'estimation du prix avec une décote de 10 % donne 464€ x 0.9^12ans = 131€ Je m'entends avec le vendeur à 150€ et comme il n'est pas très loin de chez moi on le teste rapidement sur place ce qui a montré deux problèmes : le cadran est retourné à plus de 160° par rapport à sa fixation et l'étanchéité est douteuse. Cela est du au démontage du raccord pneumatique qui fait aussi fixation de la mécanique. Je démonte le tout, je nettoie et je remonte avec de la graisse silicone. Cela me rappelle le temps de ma jeunesse où je démontais les réveils mais trouvais qu'il y avait des engrenages en trop lors du remontage...
winter_demonte.jpg winter_horloge.jpg

Ne pas hésiter à faire pression sur le corps en plastique pour favoriser le passage des entretoises de la mécanique et la bloquer lors du serrage du raccord...
Pour le test la liasse est là pour aider en décrivant la méthode qui utilise une colonne d'eau pour injecter une pression d'air connue. Dans un tuyau je place un mètre à ruban.
winter_test_a.jpg

Le tuyau est raccordé à la prise Pitot du Winter et l'autre extrémité plongée dans une bouteille d'eau transparente. on relève la distance, en millimètre, entre le niveau de l'eau et le ménisque formé par la remonté du liquide : H. Pour connaitre la vitesse en km/h il faut faire l'opération 14.4 x racine carrée de H.
winter_test_b.jpg winter_test_c.jpg winter_test_d.jpg

Là ça fait H= 1197-1076 soit 158 km/h. Le badin indique 154 km/h c'est bon !
winter_test_e.jpg

En bonus une petite vidéo de 7Mo au format Microsotf wmv.
winter_video.jpg
La société Winter m'a gentiment et gratuitement fourni des arcs et repères :
arc_winter.jpg
Merci pour le service.

Anémomètre 150€
Cumul Avionique : 2650€
Cumul outil : 928€
Cumul des dépenses : 9832€

samedi 2 septembre 2017

Dynon Skyview, premiers tests

Le Dynon Skyvew D1000T est bien arrivé sain et sauf grâce au sérieux de Damien Mennella. D1000T car c'est un écran tactile de 10 pouces. Je n'ai pas encore reçu l'ADAHRS et l'EMS mais je me suis dit que mon bon vieux GPS de randonnées Garmin GPSMAP 60 CSX sait tout faire en matière de navigation et surement causer avec le Skyview. Bingo il sort de son interface série des trames NMEA à 4800bauds/8N1. Je bidouille un connecteur DB37 avec cosses à sertir et en plus de l'interface série, je sors le troisième port USB pour voir si la clef Wifi accepterai d'être déportée :
efis_essai_a.jpg efis_essai_b.jpg efis_essai_c.jpg

Un petit tour dans le menu système pour enlever toutes les précédentes programmations et y ajouter celles du GPS (tout scotché à force de se prendre des gamelles en VTT) :
efis_essai_d.jpg efis_essai_e.jpg efis_essai_f.jpg

Nickel, la cartographie est opérationnelle, notez les deux parties avec une grande croix rouge pour indiquer l'absence d'ADAHRS et d'EMS :
efis_essai_f2.jpg

Passons au wifi en créant une route sur mon smartphone avec EasyVfr de PocketFMS. Après s'être connecté en Wifi avec le smartphone, une simple action sur le bouton du menu plan de vol d'EasyVFR et l'affaire est dans le sac ... ou plutôt à l'écran : Trop simple !
efis_essai_g.jpg efis_essai_h.jpg efis_essai_i.jpg

Plutôt que de faire des photos de l'écran de l'EFIS, une pression simultanée sur les touches 2 et 7 crée une copie d'écran sur la clef USB (connectée sur un des deux ports USB restants) que voici : efis_essai_j.jpg
Sur la clef USB on place les cartes géoréférencées des aérodromes, les cartes optionnelles (OACI, Cartabossy, etc.). On y récupère le journal des évènements des vols, les copies d'écran. On programme les mises à jour, la configuration des capteurs, etc.

Avionique

Voila le premier billet sur l'avionique !
Comme dirait Pierre dans un Airbus le tiers du prix c'est le fuselage, le deuxième tiers c'est les moteurs et le troisième c'est l'avionique. C'est vous dire que c'est un poste de dépense important. L'esprit du Gazaile voudrait qu'on limite au maximum les dépenses en choisissant du matériel par forcement issus de l'aviation mais ce sont des instruments que l'on a sous les yeux à chaque vol et qui ont une fonction de sécurité absolue. La législation ULM impose pour les vols VFR de jours :
  1. un anémomètre (ou badin, c'est l'instrument qui donne la vitesse relative au vent)
  2. un indicateur de dérapage (plus connu sous le nom de "la bille bordel !"
  3. un altimètre sensible et ajustable pour le vol en espace aérien contrôlé (ce qui est notre cas)
  4. un compas magnétique compensable
  5. une montre marquant les heures et les minutes
  6. une VHF pour voler dans les zones contrôlées.
  7. si survol maritime un VOR ou un GPS certifié
Attention si vous ne volez pas en espace contrôlé la liste est moindre mais ce n'est pas mon cas. De plus comme je survole parfois la mer, le gilet de sauvetage est indispensable.

"L'horizon artificiel" est un instrument de "sécurité" non obligatoire. J'ai autour de moi plusieurs cas où il aurait pu sauver vies et matériel avec des pilotes qui se sont retrouvés (par maladresse et erreur de pilotage) enfermés par la couche (vol haut dessus des nuages sans voir le sol) et comme ils ont été contraints de traverser les nuages, se sont fait une grosse frayeur car la perte des repères visuels (désorientation spatiale) vous donne quelques minutes d'espérance de vie ...

Un petit bilan financier pour un anémomètre, une bille, un altimètre, un variomètre (pas obligatoire mais tous le monde en a un), un compas chez ULM Technologie en prenant des instruments classiques les moins chers : 1185 € ajoutez 1130€ pour un horizon artificiel soit plus de 2300€.
La même chose (et plus) en numérique peut être regroupé dans un mini ordinateur de bord appelé EFIS (Electronic Flight Instruments System) qui vont de 690€ (tout petit avec son Ø57mm genre IFD-microNet, Oblo, Avmap, etc.) à plusieurs milliers d'€ (MGL, TL elektronic, Garmin, Dynon, etc.) et qui font bien d'autres choses (gestion du moteur, navigation, gestion du circuit électrique, pilote automatique, etc).

J'utilise depuis des années les EFIS Dynon Skyview sur les Aerospool Dynamic WT9, celui que je pilote actuellement à les options pilote automatique, intercom, radio et transpondeur connectés, gère l'anticollision, etc. J'ai donc saisi l'occasion d'acheter, à moitié prix, un de ceux que vendait Damien Mennella qui va passer aux modèles haute résolution (HDX) sur son CTLS :
skyview_damien_1.jpg skyview_damien_3.jpg

Cet EFIS, en plus des instruments primaires de vol (ADAHRS, Air Data and Attitude Heading Reference System), fait la gestion moteur (EMS, Engine Monitoring System), la navigation (GPS, cartographie), la gestion électrique (solutions Vertical Power), transpondeur, radio VHF, et le pilotage automatique. Tout peut être redondant (2 écrans, deux ADHRS, plusieurs GPS, etc) et maintenu en fonctionnement (45 minutes garanties) par le biais de batteries de sauvegarde.
Le système est modulaire, en fonction de son budget on lui ajoute des options mais le ticket de départ est assez élevé car en plus de cet écran (vendu avec licence de cartographie et VPX) il faut au moins l'ADAHRS, l'EMS et un GPS pour avoir toutes les fonctionnalités de base.

Au titre des reproches, en plus du coût important, j'ai entendu qu'avec ces solutions on passait plus de temps à regarder ce bidule plutôt que dehors, que la lecture est moins aisée qu'avec des instruments à aiguilles, etc. En pratique c'est vrai que les instruments à aiguilles sont plus rapidement lisibles mais comme ils sont répartis sur certaine surface, In Fine, la lecture de la partie PFD (Primary Flight Display) de l'EFIS est bien plus compacte et devient rapidement confortable avec beaucoup plus d'information dedans. Pour ce qui est de regarder dehors cela facilite la vie. En Effet à la moindre alerte un voyant s'allume sur le tableau de bord et une douce voix féminine vous alerte. Ces alarmes restent présentes tant que vous ne les acquittez pas. Pour le prix, les instruments classiques ne sont pas moins chers mais sont bien plus lourds et pas du tout plus fiables quand on résonne sur la solution complète. L'EFIS c'est une solution moderne de plus en plus employée dans l'aviation privée de loisir. 

Pour installer, configurer et utiliser ce matériel, il faut des connaissances dans le câblage électrique, un peu en informatique et maîtriser l'anglais technique. Ce qui vous coûtera encore plus cher si vous le faites faire par du personnel qualifié. Bref si à cinquante ans tu n'as pas ton EFIS tu as raté ta vie ! <;-)

Cumul Avionique : 2500€
Cumul outil : 904€
Cumul des dépenses : 9832€

page 2 de 2 -

Page top