dimanche 2 juin 2019

Essais peinture finale

C'est dit plusieurs fois dans la doc du Gazaile : "Ne pas faire la peinture soi-même". Et pour cause c'est assez difficile de se mettre hors poussière, d'avoir un air compressé sans impureté (poussière, eau, huile), d'avoir le bon pistolet, d'avoir la bonne peinture (taux de dilution viscosité, tendu, etc.) et même si tout est réuni vous n'allez peut-être pas avoir les bons gestes pour une bonne couverture sans manque ou surépaisseur qui entrainerait des coulures... Pour la peinture d'apprêt c'est moins risqué puisqu'elle est poncée, pour la finale c'est beaucoup plus délicat.

Bien conscient de ces difficultés je m'y risque quand même. Je m'en voudrai de ne pas avoir essayé, avant tout ce projet c'est pour apprendre ces choses et les Normands sont surement aussi têtus que les bretons ! Pour l'anecdote j'ai été surpris que certains ne passent pas les finitions en premier plan, seul le gain de poids les intéressent (voir ce fil de discussion). Je commence par des petites pièces, en cas d'échec il y aura moins à poncer.

Pour la peinture je n'aime pas le 'blanc glacier Renault' il tire trop sur le bleu, je me tourne vers un blanc RAL 9003 Dupont Imron Elite (peinture pour utilitaire polyurethane bi composant). Je trouve le nécessaire dans le laboratoire de peinture chez Niort Frères à Rouen J'opte pour une peinture à brillant direct, je ne me vois pas faire des couches de couleur avec peinture à l'eau et une dernière couche de vernis, dans mon souvenir le brouillard du vernis est trop important et là une cabine de peinture avec une bonne aspiration est nécessaire.

En plus du matériel j'y trouve de bons conseils. Les gobelets doseurs sont très pratiques car ils disposent de plusieurs familles de graduations internes en fonction des ratios de durcisseur et de diluant. Je prends aussi des entonnoirs filtrants jetables et du diluant de nettoyage (15€/5l bien moins cher que le diluant peinture 60€/5l). Je prends aussi 1 litre de peinture d'apprêt car je n'en ai plus pour les capots. j'aurai utilisé 6 litres au total pour les 2 couches d'apprêt ... voir 3 couches pour certaines pièces que j'ai du refaire à cause des micro-trous). Dire que sur ces 6 litres il y en a au moins 3 qui sont partis au ponçage !

Je purge le compresseur et je nettoie les filtres à air. Pour la poussière dans le local j'ai placé des bâches et avant tout travail je les chasse avec un souffleur de jardin. J'essuie une fois de plus les pièces avec un chiffon fraichement sortie du sêche/lave-linge avec un peu de vinaigre blanc (eau calcaire chez nous). Je prépare les supports de pièces :

Avec le pistolet à vide je mime les gestes que je devrai avoir (cela chasse aussi les ultimes poussières) l'idée est d'avoir un parcours de pulvérisation croisé de tel sorte que le brouillard de peinture ne se retrouve pas sur des zones non peintes. La teinte différente de la peinture d'apprêt permet de bien visualiser les premières passes mais dés lors qu'on croise il faut une lumière avec un bon angle pour revoir la zone de pulvérisation, j'utilise un projecteur à main pour cela. Il est temps de se lancer, voici une petite vidéo pour le réglage du pistolet à gravité. Globalement cela s'est bien passé pour les petites pièces, j'ai un léger manque sur une arrète de l'EVM et une petite coulure coté trappe sur un carénage :

Alors j'en ai fait une plus grande :

Pour l'empennage horizontal j'ai la peau qui fait quelques dépressions, je pense que c'est une reprise d'humidité du bois contreplaqué car en sortie de collage c'était parfait. J'observe la même chose sur le fuselage. Je garde l'espoir que cela se tendera en plein soleil ... ou pas ! Voici une petite vidéo de ce que cela donne (passez en 720p HD avec l'engrenage en bas à droite de la fenètre de la vidéo sinon on ne voit rien)

Autres choses importantes ce sont les EPI : équipements de protection individuel. Là j'ai fait léger avec un masque type canard, des lunettes de vues et des manches longues mais j'en ai pris quand même autour du nez et sur les cils que je n'arrive pas à enlever car trop proche de l'oeil : Un vrai maquillage de t... ! Il faut un masque facial intégral et une combinaison.

Je finirai la peinture blanche avec les volets et ailerons. Pour les ailes et le fuselage il faut cogiter la décoration avant et là avec les goûts et les couleurs ce n'est pas facile non plus...

Peinture + divers : 200€
Baches + divers : 30€
Cumul Avionique : 4883€
Cumul outil : 1071€
Cumul des dépenses : 11789€

jeudi 30 mai 2019

Deuxième couche d'apprêt

Ca date un peu la première couche d'apprêt du fuselage, avec ma cabine maison j'ai appliqué la deuxième couche d'apprêt diluée à 10-15%.

Appliquer un film d'eau à l'éponge donne un brillant instantané qui permet de voir pas mal de chose. Sur les photos ci-dessous on voit bien que les lignes de mon fuselage ne sont pas parfaites car les reflets des objets droits apparaissent trés distorsionnés (voir la dernière photo sur le dos du fuselage) cela indique que la forme n'est pas très fluide. C'est mon premier avion, je ne me ferai pas avoir la prochaine fois :lol

Cabine de peinture maison

Dans la liasse il est clairement indiqué qu'il ne faut pas faire sa peinture soi-même pour de nombreuses raisons ... je m'y risque quand même, je ne suis pas spécialiste mais dans mon 'jeune temps' j'ai repeint la R5 de ma femme avec peinture à brillant direct et ma Fiat 131 Supermirafiori 2500 D en peinture d'origine métallisée avec vernis dans le sous-sol de mes parents et le résultat était bon. Les 2 voitures furent vendues et la peinture neuve était un bon argument.

Aujourd'hui je bénéficie de mon grand atelier que je divise en 3 volumes avec des bâches anti-poussière.

La partie centrale ressemble à un tunnel formé par les bâches et un courant d'air peu circuler entre les deux portes.

J'utilise un souffleur de jardin pour évacuer les poussières.

Je vais pouvoir appliquer la deuxième couche d'apprêt du fuselage en toute tranquillité.

 

 

dimanche 18 novembre 2018

Cintrage des tôles des tirants moteur

J'ai déjà fait un billet sur la trempe fraîche avec mesure de la température pour observer les nuances de marron. J'avais cintré la fourche avant avec cette technique. Le composant principal c'est un savon de Marseille :

On frotte le savon sur une face de la pièce en alu puis on chauffe au chalumeau la face opposée. Une fois que le savon devient marron foncé on la plonge dans l'eau froide.

Le métal devient plus malléable pendant quelques heures. Pour l'outil de cintrage je reproduis une astuce de la liasse de plan, j'insère 2 tiges filetées à travers l'établi. Je soude 2 tubes en acier sur 2 cornières en 'L'. J'utilise un tube qui, placé sur le piston du cric, appuiera sur la tôle à plier. J'ai fait des essais avec 2 diamètres différents, le plus petit fonctionne bien.

Il faut placer le cric bouteille bien au centre entre les 2 tiges filetées sinon il y a un risque de se prendre la pièce dans les dents. Il est plus sage de la maintenir avec une main équipée d'un gant lors des premières mises sous pression.

On n'a même pas besoin de sortir la pièce du montage pour vérifier son angle. Un simple coup d’œil avec le rapporteur suffit. Voici une petite vidéo du mouvement.

Par rapport à la technique de "bourrin" qui consiste à bloquer la pièce sur un gabarit dans un étau et la frapper avec une massette, le résultat est plus régulié et propre. Pour des épaisseurs plus conséquentes la massette reste parfois la seule solution.

samedi 15 septembre 2018

Vérification de la polarité des aimants

Voici une petite astuce pour vérifier que les aimants du rotor d'alternateur sont bien placé cote à cote avec des polarités inversées. Avec une boussole le pôle nord de l'aiguille est coloré :
Bon bien sûr cette vérification est faites bien en amont du montage mais elle permet de lever un doute car quand cela ne fonctionne pas toutes les hypothèses sont bonnes à prendre.

dimanche 3 septembre 2017

Endoscope

Pour allez fouiller dans les endroits obscurs, vérifier les cordons de colle des nervures d'ailes ou allez rechercher une rondelle perdue, un endoscope est l'outil qu'il faut. L'idée est de trouver une petite caméra USB qui se connecte aussi bien au PC qu'au smartphone (Androïd). Mon choix s'est porté sur une Giwox 2.0 acheté 24€ sur Amazon (frais de port compris). La boîte contient l'endoscope USB (male type A), un adaptateur OTG et des petits accessoires (miroir, aimant, crochet). L'installation sur PC (Windows 10) se fait par le biais du programme "Teslong Camera.exe" qui offre le meilleur rendu (fluidité/qualité) avec le réglage "1280x720x30fps". En flashant le QR code du mini CD avec votre smartphone Androïd vous téléchargez l'application "Teslong" qui va bien.
giwox_d.jpg
(Smartphone non fourni)

Le petit miroir pour faire des prises de vues à angle droit n'est pas terrible mais permet de voir sans problème à l'intérieur de l'aile (ici l'excédent des cordons de colle fait 2-3 mm de large) :
giwox_b.jpg giwox_a.jpg

On peut bien sûr prendre des photos et des vidéos. En voici une qui permet d'apprécier la profondeur de champ entre 50mm et 120mm. Je l'ai compressée pour qu'elle ne prenne pas trop de place, l'originale est plus fluide et nette :
giwox_c.jpg
(vidéo de 12 Mo au format wmv)


Une molette sur la prise USB permet de rendre les leds de la caméra plus ou moins lumineuses. La vidéo ci-dessus montre des objets uniquement éclairés par les leds. Bien que je trouve le câble trop souple, pour moins de 25€ c'est un bon outil d'inspection et de récupération de pièces perdues.

Endoscope 24€.
Cumul Avionique : 2500€
Cumul outil : 928€
Cumul des dépenses : 9832€

vendredi 18 août 2017

Démontage et vente du chantier

L'heure est venue de faire un peu plus de place dans l'atelier. Pour cela je démonte mon chantier réalisé en 2011 !!!.
chantier_demontage_a.jpg chantier_demontage_b.jpg chantier_demontage_c.jpg
A l'envers il ressemble à un rail de traveling de cinéma. J'ai laissé les pieds assemblés, retiré le plan de travail et j'ai dévissé toutes les traverses.

Avec la place dégagée cela va être plus facile de faire les karmans.
plus_de_chantier.jpg

Avis aux futurs constructeurs, je le cède au prix de la ferraille soit 150€. Pour être réassemblé il peut être soit ressoudé soit boulonné.
Vendu ! Merci au forum des constructeurs de Gazaile.

dimanche 20 juillet 2014

Rivets pour penture

Il est difficile de trouver des rivets Avdel Avex tête large depuis qu'ils ont été racheté par le groupe Stanley. En effet on ne peut en avoir que par 50 000 pièces !!!
Dans ce pdf il y a les caractéristiques : Avex_1643_mm.pdf. On trouve l'équivalent en plus solide chez RIVIT en boite de 250 pièces. Ils sont revendus par Giraud & Ray.
rivit.jpg rivit_UAIL.gif


Total TTC : 46€
Cumul outil : 904 €
Cumul des dépenses : 8842€

mercredi 22 mai 2013

Petite séance de pesage

J'ai emprunté une balance précise pour faire quelques pesées.
Mes longerons sont 20mm plus long que sur les plans (c'est plus facile de couper que de rallonger), ils font 4415x157x22mm. Le droit fait 7880gr et le gauche 7960gr avec inserts et plaques de renfort. J'ai utilisé de la mousse d'épaisseur 10mm ce qui m'a conduit à faire un collage supplémentaire avec les dérives que cela peut avoir au niveau du poids. Je vous recommande vivement d'utiliser de la mousse de 20mm d'épaisseur.
longeron_droit_poids.jpg longeron_gauche_poids.jpg

Pour les sièges je sais bien d'où vient la différence, j'ai eu la main lourde pour les renforts du siège "pilote" car je fais partie des quintalgénaires... Le droit fait 1200gr et le gauche 1360gr avec les index de fixations.
siege_droit_poids.jpg siege_gauche_poids.jpg

La lame de train mise aux dimensions des plans et percée fait 6560gr.
lame_train_poids.jpg

vendredi 26 avril 2013

Percer le titane quelle galère...

Pour évider la partie centrale de l'axe de roue du train avant en titane Ta6V grade 5 (90kg/mm²) je commence par un forêt de Ø3.5mm, puis Ø4.5, puis Ø5.5 et CRAC il casse net à une profondeur de 4cm !!!
Je ne suis pas un expert mais je fais les observations suivantes :
- C'est plus chiant à percer que l'inox.
- Le titane ne doit surtout pas chauffer car comme il évacue très mal la chaleur il vous cuit les forêts presque instantanément.
- L'affutage doit être parfait avec un angle de pointe plus important que le standard (qui est de 118°) environ 130°-140°.
- Si l'hélice du forêt est émoussée la surchauffe est d'autant plus rapide et la casse inévitable, (je me demande même si il ne faudrait pas des forêts avec une dépouille nulle voir négative).
- La vitesse de rotation doit être assez basse, la vitesse de coupe est inférieure à 30m/min ...
- ... mais l'avance du forêt continue et rapide pour éviter une surchauffe locale.
- Il faut bien ressentir et être attentif aux bruits et vibrations qui indiquent un problème de coupe.
- Je mets quelques gouttes d'huile pour marquer la montée en température : dés que ça fume c'est qu'il faut stopper tout de suite.

outils_percage.jpg
Malgré ces précautions, pour des perçages profonds rien ne va plus. Les forêts "carbure" ne sont pas une bonne idée car leur arrête de coupe est légèrement arrondie et fait chauffer très vite le titane avec des suites désastreuses.
Avec un affutage bien net, l’arrête de coupe devient cassante (cercle rouge de la photo du milieu) et oblige à réaffuter souvent (à la meule diamant SVP...) :
foret_carbure.jpg foret_fissure_a.jpg foret_fissure_b.jpg
J'ai pu percer profond avec des forêts HSS classiques jusqu'au Ø6.5mm dans du Ø15mm mais au delà je vais devoir changer pour des forêts de haute qualité HSS-cobalt. Je les attends on verra si cela apporte du mieux.
Edit : Bon, j'ai fini les trous avec les forêts carbure avec le maintien d'un affutage bien net qui m'a valu plusieurs allers-retours à la meule diamant. J'essayerai les forêts HSS-cobalt plus tard et sans grande conviction...

- page 1 de 4

Page top