vendredi 26 avril 2013

Percer le titane quelle galère...

Pour évider la partie centrale de l'axe de roue du train avant en titane Ta6V grade 5 (90kg/mm²) je commence par un forêt de Ø3.5mm, puis Ø4.5, puis Ø5.5 et CRAC il casse net à une profondeur de 4cm !!!
Je ne suis pas un expert mais je fais les observations suivantes :
- C'est plus chiant à percer que l'inox.
- Le titane ne doit surtout pas chauffer car comme il évacue très mal la chaleur il vous cuit les forêts presque instantanément.
- L'affutage doit être parfait avec un angle de pointe plus important que le standard (qui est de 118°) environ 130°-140°.
- Si l'hélice du forêt est émoussée la surchauffe est d'autant plus rapide et la casse inévitable, (je me demande même si il ne faudrait pas des forêts avec une dépouille nulle voir négative).
- La vitesse de rotation doit être assez basse, la vitesse de coupe est inférieure à 30m/min ...
- ... mais l'avance du forêt continue et rapide pour éviter une surchauffe locale.
- Il faut bien ressentir et être attentif aux bruits et vibrations qui indiquent un problème de coupe.
- Je mets quelques gouttes d'huile pour marquer la montée en température : dés que ça fume c'est qu'il faut stopper tout de suite.

outils_percage.jpg
Malgré ces précautions, pour des perçages profonds rien ne va plus. Les forêts "carbure" ne sont pas une bonne idée car leur arrête de coupe est légèrement arrondie et fait chauffer très vite le titane avec des suites désastreuses.
Avec un affutage bien net, l’arrête de coupe devient cassante (cercle rouge de la photo du milieu) et oblige à réaffuter souvent (à la meule diamant SVP...) :
foret_carbure.jpg foret_fissure_a.jpg foret_fissure_b.jpg
J'ai pu percer profond avec des forêts HSS classiques jusqu'au Ø6.5mm dans du Ø15mm mais au delà je vais devoir changer pour des forêts de haute qualité HSS-cobalt. Je les attends on verra si cela apporte du mieux.
Edit : Bon, j'ai fini les trous avec les forêts carbure avec le maintien d'un affutage bien net qui m'a valu plusieurs allers-retours à la meule diamant. J'essayerai les forêts HSS-cobalt plus tard et sans grande conviction...

dimanche 14 avril 2013

Découpe de l'aluminium 2017A à la scie sauteuse

Pour couper la bande de 50cm d'épaisseur 6mm en alu 2017A de la fourche du train avant je n'ai qu'une sauteuse avec une lame "chinoise" à métaux. Pour avoir une meilleure coupe je place de temps en temps quelques gouttes d'alcool à bruler avec une seringue. La coupe est plus nette, l'avance est meilleure et les copeaux moins volages qu'à sec :
sauteuse_alcool_b.jpg sauteuse_alcool_a.jpg sauteuse_alcool_c.jpg
La dernière photo compare la coupe avec alcool en haut et sans en bas. Attention, l'alcool est très inflammable, il faut prendre les précautions d'utilisation d'usage.

jeudi 14 mars 2013

Atelier sous la neige

L'atelier en hibernation :

atelier_neige_pano.jpg
Tout comme le projet d'ailleurs...

mardi 2 octobre 2012

Comment reconnaitre les matières plastiques ?

matiere_plastiques.jpg

samedi 15 septembre 2012

Petite erreur de conditionnement

Les vapeurs d'acide nitrique ont complétement rongé le couvercle en acier malgré le joint plastique.
acide_nitrique_oxyde_a.jpg acide_nitrique_oxyde_b.jpg

vendredi 10 août 2012

Divers outils

Pour modifier le chantier je prends du mélaminé blanc et des grandes règles alu pour les semelles de longerons : 67€

Cumul outil : 904 €
Cumul des dépenses : 6372€

samedi 4 août 2012

Pompe à vide

Comme indiqué dans la doc du Gazaile j'ai récupéré un compresseur de petit congélo pour faire une pompe à vide. Pour l'asservissement j'utilise un capteur à fibre optique qui fonctionne de 20 à 300 VAC. J'ai un gros mano de dépression sur lequel je place un morceau de ruban adhésif noir sur l'aiguille. Le capteur détecte le fond blanc du cadran et coupe son relais quand le ruban noir ne renvoit plus de lumière. Il suffit de placer la fibre devant la dépression que l'on veut pour avoir sa consigne.
pav_a.jpg pav_b.jpg pav_c.jpg pav_mano.jpg

Dans cette petite vidéo (7.9Mo) on voit bien le principe en action.

Le compresseur chauffe rapidement et la protection thermique intervient. On arrive quand même à avoir une dépression de -0.8 bar. Je vais essayer de récupérer un autre compresseur plus gros à mettre en paralléle pour garantir le fonctionnement.

samedi 9 juin 2012

De l'essence oui, mais pas que !

Pal mal de discours en ce moment sur les additifs de l'essence dans nos réservoirs. C'est surtout l'éthanol que l'on trouve de plus en plus mélangé au cardurant (jusqu'à 15% dans le SP95) qui bouffe les plastiques des durites, les résines de certain réservoirs, etc. On voit de plus en plus de panne à cause des polutions de ces plastiques dissous, de moteur avec moins de puissance ou des ratées lors des accélérations. J'ai vu sur le Net une petite manipe pour se rendre compte des proportions rencontrées.

J'ai collé un adhésif de 100mm de long sur un tube transparent. Je le remplie d'eau pour atteindre la limite basse du début du ruban. Je complémente avec du SP95 de chez EcoMarché sur la hauteur de 100mm (soit 100% de liquide venant de la pompe). Je secoue le tube bien énergiquement pour mélanger le tout :
tube_100mm.jpg tube_fond_eau.jpg tube_eau+essence.jpg

Puis on attend que la solution décante :
tube_eau+essence_secoue_decante.jpg tube_niveau_pas_essence.jpg

Et bien là on voit bien que l'eau a piégé plus de 3% (trait rouge à 3mm sur les 100mm de remplissage) qui n'est pas de l'essence !

dimanche 3 juin 2012

Quel alu ?

J'ai des morceaux d'alu en stock et je me demande si c'est du 2017 ou pas. Petite parenthèse, j'ai lu que l'Au4G est précisément du A2024-T351, le 2017 est trés voisin bien que légèrement moins bon. Le 2618A pourait tout aussi bien le remplacer. Le 2017A (à l'état T4/T451) a l'avantage de pouvoir être souder facilement au TIG/MIG.
Je me sers des éléments chimiques que j'ai sous la main et des alus clairement identifiés pour les comparer :

alu_chimie.jpg
Sur cette photo seuls les alu_mou et alu_dur_6xxx ne sont pas clairement identifiés. L'alu_mou colle au foret lors du perçage, l'ébavureur mord bien dedans. L'autre se comporte comme un 2017 à l'usinage et est de dureté très voisine (il y a de la peinture rouge sur la barre pour le 2017 elle devrait être verte pourtant chez Weber Métaux elle est rouge...).
L'acide chlorhydrique est un bon "marqueur" car après avoir déposer une goutte il reste une trace grise et sombre après avoir essuyé le métal.
La soude aussi mais moins bon que l'acide chlorhydrique. Elle me sert pour dégraisser l'alu avant anodisation.
L'acide nitrique est un bon décapant mais dangeureux d'utilisation. Il me sert (rarement) à blanchir les piéces avant anodisation car l'apect de la teinte ne m'importe pas, seule sa fixation est intéressente (qualité d'anodisation).
L'acide sulfurique est celui du bain d'électrolyte pour l'anodisation. Il est dilué dans de l'eau distillée pour qu'il attaque l'alu moins vite que la formation d'alumine durant l'anodisation.

L'alu 7075 (meilleur que le 2017) réagit à la soude mais pas à l'acide chlorhydrique, j'en déduis qu'un alu est "probablement bon" si il noircit à la soude.

dimanche 22 avril 2012

outils bricolés

Le premier est plus de l'ordre de l'astuce. Il s'agit de démonter la tête d'un serre-joint pour qu'il puisse se placer dans des endroits exigues.

serre-joint_ouvert.jpg serre_joint-double_reglage.jpg train_sb_cale.jpg


Pour pouvoir faire les lamages il est décrit dans une photo de la doc une modification de foret à bois. J'ai essayé et cela ne fonctionnait pas bien. J'ai alors récupéré la partie coupante avec les bardes que j'ai retourné et soudé sur un morceau de queue du même foret. Avec la partie arrière j'ai fait une petit outil coupant pour enlever les fibres découpées par les bardes mais pas enlevées avec les parties radiales.

sd_outils_percage.jpg

Avec ça allait nettement plus vite avec des coupes plus nettes.

- page 2 de 5 -

Page top